Pédagogie

Arrêtons-nous un instant et prenons le temps de réellement réfléchir à la pédagogie qui est le cœur de ce que nous, en tant qu'enseignants en ligne, essayons de faire.

Moodle en trois paragraphes

Le cœur de Moodle est composé de cours contenant diverses ressources et activités. Il y a environ 20 différents types d'activités disponibles (forums, glossaires, wikis, devoirs, tests, sondages, lecteurs de scorm, bases de données, etc.) et chacune d'entre elles peut être largement paramétrée. L'atout principal de ce modèle basé sur des activités est de pouvoir combiner les activités dans des séquences et des groupes, qui peuvent vous aider à guider les participants dans leur parcours d'apprentissage. Ainsi, chaque activité peut s'appuyer sur les résultats des précédentes.

Il existe nombre d'autres outils simplifiant la création de communautés d'apprentissage, incluant les blogs, la messagerie instantanée, la liste des participants, etc., ainsi que des outils utiles comme la notation, les rapports, l'intégration avec d'autres systèmes, et ainsi de suite.

Pour en savoir plus sur Moodle, voir https://moodle.org/, et particulièrement l'espace de la communauté des utilisateurs francophones Moodle en français, ainsi que celui de la communauté principale, Using Moodle (en anglais). Venez y participer et vous trouverez certainement rapidement des informations intéressantes. Les développeurs et les utilisateurs sont volontairement amenés à se côtoyer dans les mêmes forums. Un autre endroit intéressant est la documentation en ligne qui est un site wiki communautaire.

Le Socio-Constructivisme comme référence

Les cinq affirmations suivantes font partie de chacune des présentations de Martin Dougiamas. Ce sont des références utiles tirées de recherches qui s'appliquent à la formation en général, et qui permettent de créer une simple liste définissant le « socio-constructivisme ».

  1. Nous sommes tous des enseignants potentiels autant que des apprenants ; dans un environnement réellement collaboratif, nous sommes les deux.

    Il est vraiment important de s'en rendre compte et de s'en souvenir.

    Je pense que cette perspective nous aide à garder de l'humilité en tant qu'enseignant et combat notre (très naturelle !) tendance à consolider la totalité de notre parcours et à prendre la position vénérée de « sage source de la connaissance ».

    Cette affirmation nous aide à garder les yeux grands ouverts sur les opportunités permettant aux autres participants de notre situation d'apprentissage de partager leurs idées avec nous, à nous rappeler de les écouter attentivement et à poser de bonnes questions qui portent de plus beaux fruits que d'autres.

    Il me semble que j'ai constamment besoin de me rappeler ce point à moi-même, particulièrement lorsqu'une situation me pousse dans un rôle central (comme maintenant !)

  2. Nous apprenons particulièrement bien en créant ou en exprimant quelque chose à l'attention d'autres personnes.

    Pour la plupart d'entre nous, c'est classiquement « apprendre en faisant ». Même si c'est évident, cela vaut la peine de le rappeler.

    Il est surprenant de voir à quel point l'enseignement en ligne se compose encore souvent de présentation statique d'informations, donnant peu de place aux apprenants pour qu'ils pratiquent les activités qu'ils sont en train d'apprendre. Je vois souvent des enseignants en ligne préparer avec grand soin et beaucoup de temps de parfaites ressources pour leurs cours, ce qui est sans aucun doute une excellente expérience d'apprentissage pour eux-mêmes, mais qui enlève à leurs étudiants cette même expérience. Même les manuels y arrivent souvent mieux, avec des exercices après chaque chapitre.

    Plus important encore, cette pédagogie est la plus efficace quand vos messages, projets, devoirs, constructions, etc... sont visibles des autres. Vous vous mettez alors davantage en situation de risque, impliquant une plus grande réflexion, davantage de relecture, permettant un meilleur apprentissage. Seymour Papert (l'inventeur du Logo) a fait une description célèbre du processus de construction pour autrui. Il l'a décrit comme une puissante expérience d'apprentissage, dont la démarche intellectuelle renvoie à Socrate et au-delà.

  3. Nous apprenons beaucoup, simplement en observant l'activité de nos pairs.

    Cela concerne la “culture de classe”, ou l'apprentissage par osmose. Les humains savent s'observer entre eux pour apprendre quoi faire dans une situation donnée en fonction d'indices donnés par les autres.

    Par exemple, si vous vous rendez dans une salle de conférence ou chacun est assis sur une chaise, face à l'estrade, écoutant sagement l'enseignant tout en prenant des notes, il y a de fortes chances que vous fassiez de même, non ?

    Si vous vous trouvez dans une classe moins rigide où on pose des questions tout le temps, alors il est probable que vous vous sentirez plus libre de faire de même. En faisant cela vous apprendrez à la fois sur le sujet lui-même et sur le méta-sujet de comment l'apprentissage s'est produit en entendant les discussions de vos pairs et les types de questions qui se sont posés, conduisant à une immersion plus riche et multi-dimensionnelle dans l'apprentissage.

  4. En comprenant le contexte des autres, on peut enseigner d'une manière plus transformationnelle (constructivisme).

    Comme vous l'avez probablement appris par expérience, les conseils d'un mentor ou d'un ami peuvent fournir une meilleure situation d'apprentissage, plus opportune et personnalisée qu'avec quelqu'un qui ne vous connait pas et s'adresse à une centaine de personnes.

    Si on appréhende correctement l'environnement des personnes à qui l'on s'adresse, alors on peut adapter son langage et la présentation des concepts de façon plus adaptée à son auditoire. Vous pouvez utiliser des métaphores qui "parleront" à votre public. Vous pouvez utiliser un jargon lorsque cela aide, ou au contraire l'éviter si cela perturbe.

    C'est encore une idée simple - tous les guides pour s'exprimer en public indiquent qu'il faut connaître son auditoire - mais dans l'apprentissage en ligne nous avons besoin de l'avoir particulièrement présent à l'esprit parce que souvent nous n'avons jamais rencontré ces individus en personne et n'avons guère accès à des indications visuelles ou auditives.

  5. Un environnement d'apprentissage doit être flexible et adaptable, afin de répondre rapidement aux différents besoins de ses utilisateurs.

    En combinant tout ce qui précède, si pour faciliter l'apprentissage vous souhaitez tirer parti des connaissances croissantes de vos apprenants, en leur donnant des occasions sur mesure de partager des idées, de poser des questions et d'exprimer leur savoir, alors vous aurez besoin d'un environnement qui soit flexible, dans le temps et dans l'espace.

    Si vous découvrez que vous devez jeter votre planning par la fenêtre car les participants n'ont pas le niveau escompté pour lequel vous avez créé le cours, vous devriez pouvoir réajuster votre planning, et facilement ajouter de nouvelles activités afin d'aider tout le monde (ou juste un groupe) à rattraper. De même, de grandes idées concernant une simulation ou quelque chose d'autre pourraient émerger durant les discussions, c'est pourquoi vous devriez pouvoir les intégrer ultérieurement dans le cours.

    Vos participants peuvent être répartis sur différents fuseaux horaires, ou peut-être vivent-ils dans le même fuseau horaire, mais ont des temps libres différents, ainsi vous devriez pouvoir offrir des activités asynchrones grâce auxquelles les gens peuvent travailler ensemble mais à des moments différents.

Jason Cole de l'Open University se référait récemment à cela comme “Les cinq lois de Martin” (ha!) mais ce sont réellement des références : des concepts guide auxquels Martin trouve particulièrement utile de se référer quand il doit prendre une décision dans n'importe quelle situation d'enseignement. En particulier, il les trouve utiles pour créer des communautés d'apprenants.

Il y a fort à parier que vous trouvez une bonne partie de tout cela familier, même si vous utilisez des termes différents. Si ce n'est pas le cas, il existe beaucoup de recherches sur le constructionisme, le constructivisme et le socio-constructivisme, à propos desquels vous pourrez trouver plus d'information parmi les écrits formels de Martin Dougiamas (en anglais).

Comment Moodle essaie d'implémenter une vision socio-constructiviste

Revenons sur la liste précédente, en pointant cette fois-ci les fonctionnalités existantes de Moodle. La pédagogie et l'interface du logiciel sont finement interdépendantes dans l'enseignement en ligne - la « forme » du logiciel peut aider ou gêner l'enseignant dans ce qu'il essaie de faire.

  1. Nous sommes tous des enseignants potentiels, autant que des apprenants - dans un environnement réellement collaboratif, nous sommes les deux

    La plupart des activités de Moodle sont prévues pour permettre aux étudiants de créer du contenu, comme les forums, wikis, glossaires, bases de données, messagerie, ... Cela encourage les étudiants à améliorer l'expérience globale du cours, pour les autres.

    Depuis Moodle 1.7, nous avons fait un grand pas avec un tout nouveau système de rôles qui rend obsolète la distinction entre enseignant et étudiant, et permet aux administrateurs de Moodle, ainsi qu'aux enseignants de créer des rôles personnalisés en mixant les capacités de leur choix. Si vous voulez permettre aux étudiants de modérer les forums, créer des questions de test ou même contrôler le parcours du cours, vous le pouvez. Il y a un degré de contrôle très fin – par exemple vous pouvez autoriser les étudiants à supprimer des messages dans un seul forum, si c'est votre souhait.

    J'espère que les gens utiliseront ces nouvelles fonctionnalités dans leurs cours, donnant plus de flexibilité aux étudiants pour réaliser des choses que l'on pensait que seuls les enseignants devaient faire auparavant.

  2. Nous apprenons particulièrement bien du fait de créer ou expliquer quelque chose pour d'autres personnes

    Moodle possède un grand nombre d'outils permettant aux gens de représenter leurs connaissances et de les partager.

    • La structure du cours en elle même est un très bon moyen de construire une représentation partagée et active du parcours d'enseignement que chacun suivra.
    • Les forums de cours en sont le cœur, fournissant des espaces pour discuter et partager des documents et différents médias (en utilisant le filtre "media plugin", des fichiers joints, ou de simples liens).
    • Les wikis sont des pages construites de façon collaborative utiles pour un travail de groupe et d'autres négociations.
    • Les glossaires sont des listes de définitions, créées de façon collaborative, qui peuvent apparaitre partout dans un cours.
    • Les bases de données sont une extension de cette idée, permettant aux participants de saisir des données structurées de n'importe quel type (par exemple une collection de photos numériques ou un regroupement de références).


  3. Nous apprenons beaucoup en observant simplement l'activité de nos pairs

    La page des participants est l'emplacement principal pour voir tous les participants d'un cours. Elle montre beaucoup d'informations sur les participants et leur dernier passage dans le cours.

    Un bloc "utilisateurs en ligne" est le meilleur moyen de voir tous ceux qui pourraient être actuellement connectés.

    Le bloc "Activité récente" montre quantité d'informations sur ce qui s'est passé récemment, et en suivant le lien vous pouvez voir des rapports plus détaillés. L'activité récente inclut non seulement les changements dans le cours et les messages sur les forums, mais aussi des choses comme la remise des travaux ou les tentatives aux tests. Les étudiants ne voient pas les résultats que les autres obtiennent à ces activités, mais ils ont des indications sur le nombre de personnes qui ont remis le travail, et cette "pression par les pairs" aide opportunément ceux qui en ont besoin.

    Enfin, presque tous les modules enregistrent leur utilisation et les changements effectués par un utilisateur, de sorte qu'on sait qui a fait quoi, et quand. Par exemple, les pages du wiki ont toutes un historique qui conserve le détail de chaque modification.

  4. En comprenant le contexte des autres, on peut enseigner d'une manière plus transformationnelle (constructivisme)

    Il y a plusieurs façons différentes d'avoir des informations sur les autres apprenants. L'accès à ces informations peut être décidé au niveau du site (différents sites ont différentes politiques de confidentialité) :

    • Le profil utilisateur contient plusieurs champs permettant d'indiquer des informations sur son parcours, etc. En particulier, il y a une photo de profil, qui apparait dans Moodle dès que la personne écrit quelque chose. La photo contient un lien vers la page de profil.
    • Un recueil des messages écrits sur les forums (et des discussions lancées) par cette personne dans ce cours (ou dans tout le site).
    • Les blogs individuels permettent aux apprenants d'exprimer des choses d'une façon à la fois publique et réfléchie, donnant souvent accès à des réflexions qui ne seraient habituellement pas partagées par exemple dans un forum.
    • Les rapports généraux d'activité montrent toutes les contributions d'un utilisateur dans un cours, y compris les travaux remis, les saisies dans le glossaire, etc.
    • Les journaux d'activité des utilisateurs montrent les enregistrements détaillés de chaque action entreprise par une personne dans Moodle, ainsi que des graphiques montrant les statistiques globales d'activité.
    • Le module Questionnaire propose divers outils éprouvés de sondage pour obtenir des informations intéressantes sur l'état d'esprit du groupe.

  5. Un environnement d'apprentissage doit être flexible et adaptable, afin de répondre rapidement aux différents besoins de ses utilisateurs

    • La page d'accueil du cours en elle même est l'outil principal de l'enseignant, lui permettant d'ajouter/supprimer et structurer les ressources et activités comme bon lui semble. Modifier le cours est toujours possible d'un seul clic de souris, permettant à l'enseignant de le modifier dès qu'il le souhaite. Les fonctionnalités AJAX permettent de déplacer les ressources, activités, sections et blocs d'un simple glisser-déposer. L'accès peut être restreint en fonction du moment, de conditions ou de certains champs du profil utilisateur.
    • Les rôles peuvent être définis différemment dans chaque contexte du site, et alors les réglages du rôle peuvent encore être ajustés. Ainsi, si vous voulez créer un quiz unique où tout le monde accède aux résultats de chacun, ou si vous voulez que les parents des apprenants voient une partie de leurs cours, vous pouvez le faire.
    • La navigation dans les cours et le site est générée automatiquement.
    • Le carnet de notes est maintenu automatiquement, et reflète à chaque instant les activités du cours.
    • Il y a des préférences pour quantité d'aspects et de comportements, au niveau du site, du cours ou des activités, permettant aux enseignants de personnaliser finement le comportement de Moodle de nombreuses façons.
    • Des systèmes externes peuvent être intégrés automatiquement pour assurer l'authentification, l'inscription et d'autres choses, ce qui permet à Moodle de s'adapter lorsque des données sont modifiées dans les autres systèmes.

Trouver un juste équilibre

Avant de parler d’où nous allons, laissez-moi parler un peu de l’équilibre qu’un système de gestion de cours (Course Management System) comme Moodle doit atteindre. Une chose que j'ai découverte rapidement dans une communauté comme la nôtre est que les gens ont une large palette d'attentes vis à vis de l’apprentissage en ligne.

A l'extrémité autoritaire se trouvent ceux qui souhaitent que les étudiants soient hautement contrôlés : lire les ressources mises à disposition à des moments précis, et ensuite répondre à des tests pour vérifier qu'ils ont lu ces ressources. J'appelle cela l'approche du rat dans le labyrinthe, ou le dump-and-pump.

A l'extrémité techno-hippie se trouvent ceux qui souhaitent déléguer complètement la gestion, chaque utilisateur ayant son propre site portfolio, diffusant aux autres des blogs et des fichiers en utilisant le RSS et des rétroliens. C'est un rêve intéressant qui incite vraiment à (re)penser l'éducation mais je pense que les problèmes à résoudre sont nombreux (comme la sécurité, la responsabilité, la structure des établissements etc.).

La plupart des gens que je rencontre se placent quelque part entre ces deux extrêmes. Une grande partie d'entre eux découvrent l'enseignement en ligne, et cherchent la prochaine étape au delà de ce qu'ils étaient payés pour faire en présentiel, tout en étant prêts à se laisser guider en douceur vers l'amélioration de leurs techniques en ligne. Ces personnes sont déjà sur une courbe d'apprentissage raide, sans avoir à se confronter à l'agrégation de 100 blogs différents.

Progression

Moodle doit être flexible pour couvrir une grande variété de besoins tout en restant assez simple afin que les professeurs ordinaires puissent mettre à profit la puissance d'Internet pour la création de communautés d'apprentissage collaboratif. Mon espoir est que Moodle soit vu comme une boîte à outils avec laquelle ils peuvent commencer simplement et naturellement, et, avec le temps, utiliser de plus en plus d'outils avancés d'animation communautaire. En définitive, nous aimerions voir les professeurs engagés dans et soutenus par une communauté de pairs.

Observons une progression typique que pourrait suivre un professeur au long de son apprentissage des outils de Moodle:

  1. Mise en ligne des documents (Ressources, SCORM)
  2. Proposition d'un forum passif (non facilité)
  3. Utilisation de questionnaires et de devoirs (moins de gestion)
  4. Utilisation des outils Wiki, Glossaire et Base de données (contenu interactif)
  5. Facilitation des discussions dans les forums, questionnement, guidage
  6. Combinaison d'activités en séquences, dont les résultats alimentent les activités ultérieures
  7. Introduction d'activités et de jeux externes (ressources internet)
  8. Utilisation du module Sondage pour étudier et réfléchir sur l'activité du cours
  9. Utilisation des modules d'évaluation par les pairs comme l'Atelier, accroissement du contrôle donné aux étudiants sur l'évaluation et même dans une certaine mesure sur la structure du cours
  10. Recherches actives et partage dans une communauté de pairs

Dépôts et Portfolios

Les dépôts à vocation spéciale sont un domaine en expansion, et cela signifie que les institutions peuvent conserver leurs précieuses données là où elles le souhaitent, même si elles changent leurs systèmes d'accès comme les ENT (Espaces Numériques de Travail). Plus important, cela facilitera le développement d' e-Portfolios, ce à quoi beaucoup d'entre nous aspirent, je crois, comme à un véritable progrès pédagogique.

Pôles communautaires

Nous voulons améliorer la façon dont les enseignants et les utilisateurs de Moodle communiquent entre eux, pas uniquement au sujet du e-learning et de Moodle, mais aussi dans leurs propres domaines. Par exemple, imaginons un enseignant du secondaire en biologie qui trouverait un bouton "recherche dans la communauté" dans ses cours, le menant directement dans un espace où ses pairs discuteraient tous des meilleures pratiques pour enseigner un cours de secondaire en biologie, partageant et naviguant dans une bibliothèque de ressources et de modèles pédagogiques.

La création d'un réseau entre les Moodle permet à chacun de transformer son site Moodle en un Pôle Communautaire Moodle. La connexion entre les Moodle est transparente mais sécurisée et totalement contrôlée par les administrateurs de site. La nature pair à pair du réseau permet le développement de toutes sortes de scénarios intéressants.

Interaction entre les outils

En redirigeant tous les messages passant dans le système vers le module de messagerie existant, les utilisateurs ont un bien meilleur contrôle de quelle sorte de messages exactement ils souhaitent voir.

Métadonnées et résultats

Moodle inclut un mécanisme permettant que:

  1. les administrateurs importent une longue liste de résultats (sous forme de tags)
  2. les professeurs lient un sous-ensemble de ceux-ci à leurs cours
  3. les professeurs connectent chaque activité à un sous-ensemble plus petit encore

Le suivi du progrès permet que ces choses soient guidées par les plans d'apprentissage individuels de chaque étudiant.

Jeux de rôles et simulation de scénarios

Une technique populaire et efficace en enseignement présentiel est celle des jeux de rôles avec des scénarios prédéfinis, et cela peut-être compliqué à mettre en place en ligne. Vous pouvez imaginer un cours de Sciences Environnementales, basé sur un jeu de rôles, ou certains participants jouent le gouvernement, d'autres Greenpeace, et d'autres encore les industriels dans un scénario donné.

Cela fait longtemps que cela est en projet, mais j'espère que cela pourra être développé bientôt. Dans ce module les gens pourraient se voir assigner des rôles dans une situation simulée, et apparaître aux autres de façon anonyme dans ces rôles, pour interagir dans des forums, des wikis, et tous les autres outils de Moodle selon les règles de la simulation.

Que souhaiteriez vous voir d'autre ?

J'espère que cet article aura stimulé quelques réflexions à propos de ce que vous souhaiteriez trouver dans un environnement d'enseignement idéal. Si c'est le cas, venez prendre part aux discussions sur https://moodle.org afin d'en débattre. En espérant que nous pourrons en tirer de nouvelles idées à placer sur le Moodle Tracker, ou au moins du support ou des évolutions pour les anciennes idées.

Liens intéressants

En Anglais: